REN-LAC REN-LAC
search
La vente des places et ses ramifications dans les établissements publics
Education

L’éducation est la clé de voute du développement pour tous les pays du monde. Au Burkina Faso, cette importance n’est plus à démontrer en témoigne l’engouement que les parents d’élèves manifestent pour l’école. Cependant ce secteur est gangréné de nos jours par le phénomène de la corruption et de nombreuses pratiques indélicates dans lesquelles beaucoup d’acteurs de l’éducation sont impliqués. L’un des cas les plus emblématiques est la vente des places dans les établissements publics. Le CSC-PS éducation du Boulkièmdé à la suite de plusieurs plaintes de citoyens a réalisé des enquêtes qui ont permis d’identifier diverses pratiques de vente de places ainsi que leurs ramifications : Le 1er cas est celui d’un professeur de Physique Chimie du Lycée Provincial de Koudougou. En effet, ce professeur dès la fin du Bac 2020 a réceptionné deux dossiers, l’un de la classe de 6e et l’autre de la 2nde à raison de 35 000 F CFA le dossier. En plus de cela, il a promis de faire passer en classe supérieure deux (02) élèves qui n’ont pas eu la moyenne de passage. Le premier a versé 25 000 F CFA et le second 20 000 F CFA. En réalité, ce sont quatre (04) filles qui ont porté les dossiers auprès du professeur de PC. Ces dernières n’ayant pas trouvé satisfaction à la rentrée d’octobre ont fait recours au CSC-PS éducation du Boulkiemdé. Après plusieurs refus de décrocher nos appels, il a fini par se pointer dans son service au Lycée Provincial de Koudougou où nous l’attendions. Interrogé, il reconnaît les faits et signale au passage qu’il connaît d’autres agents du Lycée qui font le même deal de places au sein de l’établissement. Il s’agit d’un agent de la vie scolaire qui reconnaît avoir monnayé des places il y a trois ans mais dit avoir arrêté la pratique depuis lors. Le second est un laborantin gestionnaire du logiciel « veenem » du Lycée. Ce dernier dit qu’il ne vend pas la place au lycée. Il reconnaît cependant avoir aidé des gens qui lui ont offert la bière parce qu’il est beaucoup connu dans la ville de Koudougou. Il signale que quand il ne peut pas aider, certains parents s’orientent vers d’autres collègues ou ils trouvent satisfaction. C’est ce que le Professeur de PC nous a donné comme information sur la pratique dans l’établissement. Nous poursuivons toujours les investigations pour comprendre le fond de la pratique de ces personnes. Le professeur lui, il a accepté rembourser tout ce qu’il devait soit une somme de cent quinze mille francs (115 000 F CFA) aux quatre (04) filles. Le 2e cas de monnayage de place s’est passé au Lycée National Professionnel Maurice Yaméogo de Koudougou. Dans cet établissement deux professeurs de Génie Civil ont monnayé des places dont l’une à cent mille Francs (100 000 F CFA) et la seconde à cent cinquante mille francs (150 000 F CFA). Le Proviseur dudit établissement membre du CSC-PS éducation a été saisi par les parents. Ainsi, il a contraint ses deux professeurs à rembourser toutes les sommes indument perçues. Le 3e cas concerne un professeur d’Histoire-Géographie du Lycée Communal de Koudougou qui se faisait passer pour un professeur du Lycée Provincial de Koudougou. Ce dernier a reçu une somme de 10 000 F CFA d’avance sur 25 000 F CFA d’un Etudiant qui cherchait la place pour sa sœur depuis le mois d’aout 2020 afin de l’éloigner de l’insécurité de la zone de Bogandé. En octobre les attentes de l’étudiant sont sans suites et couronnées par l’impossibilité de joindre l’enseignant. Il décide de déposer une plainte au CSC-PS éducation. Nous avons pu joindre l’ex-directeur de l’étudiant à Bogandé qui lui avait remis le contact du professeur. Le directeur nous a donné le feu vert pour gérer l’affaire parce qu’il est déçu. Il dit avoir pris le contact du professeur avec le censeur du Lycée Départemental de Kindi. Ce dernier dit être également très déçu parce qu’il ne pouvait pas imaginer ce qui est arrivé. Il nous a fait savoir que le professeur n’était pas du Lycée Provincial de Koudougou. Identifié comme professeur du Lycée Communal de Koudougou nous l’avons approché et il a reconnu les faits. Il a remboursé les 10.000F de l’étudiant. Le 4e cas est celui d’un professeur du Lycée National Maurice Yaméogo qui a vendu une place au Lycée Provincial de Koudougou. Ce monsieur a reçu un dossier de l’interprète du palais de justice de Koudougou. Le dossier a été transmis à un professeur de mathématiques du Lycée Provincial de Koudougou. Ce dernier qui n’avait plus la possibilité d’inscrire un autre dossier avait fait la démarche auprès d’un nouveau collègue qui l’a accepté sans condition. Quand nous avons interrogé l’interprète il a voulu se défaire du problème en nous disant que l’affaire des cinquante (50 000 F CFA) relève d’une plaisanterie qu’il avait eue avec son filleul tuteur de l’élève. Ce dernier incapable de régler cette somme en plus de la scolarité, avait négocié pour donner une somme de 20 000 F CFA en attendant de payer les 30 000 F CFA restants. Les 20 000 F CFA ont étés remises au professeur par l’interprète du palais de justice comme pourboire car, selon lui, les choses se passent ainsi. Selon le plaignant, il y avait des menaces par rapport au reste de l’argent et la place de l’élève était en jeu. Nous avons voulu savoir avec le tuteur de l’élève si l’interprète du palais de justice avait reçu de l’argent pour le dossier. Selon le tuteur de l’élève en dehors des 20 000 F CFA pour le professeur, il n’a rien reçu. Dans tous les cas, la somme de 20 000 F CFA a été totalement remboursée par le professeur. Le Président du CSC-PS éducation du Boulkièmdé

Date de publication :
11 - 12 - 2020, 17:43
Nombre de vues :
198


Telecharger l'application mobile